mes randos pyrénées

28 décembre 2012

J.3 : Fos-Cabane d’Uls

gibson66 @ 11 h 12 min

J.3 : Fos-Cabane d'Uls 7-300x153                                   

La nuit à été agréable ,le quatrième randonneur et moi-meme avons pris une chambre pour laisser le couple tranquille dans l’autre; c’est l’avantage de randonner en septembre: les gites sont toujours ouverts mais ça ne se bouscule pas au portillon donc pas besoin de réserver et on n’est pas dérangé par le bruit d’une chambrée de colonnie de vacances .Au petit-dejeuner je charge un peu la mule afin d’emmagasiner quelques calories supplémentaires puis c’est parti ,sans véritablement d’objectif bien défini ;après tout ,si j’ai pris ma tente c’est bel et bien pour etre libre de m’arrêter où je veux,quand je veux.  

8-300x149                                   

La traversée de Fos est plaisante car elle passe derrière le village en empruntant un chemin longeant des terres exploitées ou non ,en compagnie de quelques chevaux .Malheureusement ,une fois passé Fos ,le GR suit une route bitumée jusqu’à Labach ;malgré quelques lacets un peu abrupts ,la route à le mérite de présenter une pente douce et ainsi ménager mes muscles encore froids ;l’autre avantage indéniable est la possibilité de remplir les gourdes régulierement grace aux lavoirs et fontaines des differents hameaux.

9-300x173                              

Lorsque j’arrive à Melles ,le panneau du village me rappelle la présence de l’ours : vaste débat que cet animal dans ce département de l’Ariège ;comme toujours ,le nerf de la guerre est économique : une manne pour les commerçants et politiques qui voient l’apport financier des touristes ,un fléau pour les propriétaires de bétail qui voient pas mal de leurs betes se faire dévorer avec des cacahuètes pour contrepartie .Perso ,l’ours ne me fait pas specialement peur ,n’ayant jamais entendu d’attaque sur l’homme; ce serait different si j’etais une brebis!! Bref ,quelques neuf kilomètres plus loin j’atteins Labach où je fais une pause; je préfère prendre des forces car je vois bien au loin la tache qui m’attend ,ce chemin invisible que mes jambes vont devoir combattre et atteindre ce plateau , lui si visible.    

p9060056-225x300

Les premiers mètres confirment ce que je craignais : une pente a plus de 30% , jusqu’a 60% à certains endroits , me rappelle sans cesse le poids de mon sac; les pauses sont de moins en moins espacées et de plus en plus longues ;je croise une dame du coin qui me met en garde contre un serpent « effrayant » qui prend son bain de soleil un peu plus haut, mais d’effrayant je ne vois que cette pente ,ou plutot ce mur que je dois franchir sous un soleil de plomb :je savais bien qu’il fallait que je prenne un chapeau ,mais Oscar Wilde disait que « l’experience est le nom que l’on donne à ses erreurs » :o n ne m’y reprendra plus! Finalement, j’arrive à une partie finale ou la bruyère règne en maitre des lieux ;après inspection de mon GPS, je décide d’arrêter les frais à la cabane d’Uls ,qui se trouve à une centaine de mètres .Une fois la cabane atteinte, quel bonheur de pouvoir lacher le sac a dos, d’enlever ses chaussures, faire des étirements en plein soleil!  Je m’offre meme le luxe de faire une petite lessive grace à ma douche solaire que je remplis d’eau de quelque mare à tetard des alentours. Dans ce territoire d’izards je sentirai moins le bouc et éviterai la concurrence! La cabane ne peut pas etre mieux exposée au soleil et je profite de cette aubaine pour sortir un des matelas disponibles dans la pièce principale, le débarrasser de cette odeur de renfermé et le faire sécher; une fois effetué ,je l’installe dans la partie annexe, une pièce de 5m2 ,beaucoup plus propre ;je monte meme la moustiquaire de la tente sur le matelas pour dissuader toute velleité arthropodique qui me verrait comme moi je vois un Serrano chez un charcutier :un régal!!  Je passe ensuite la soirée à prendre soin de moi :physiquement d’abord avec soin des ampoules et des courbatures ,soin de l’estomac avec un petit repas deshydraté ,puis mentalement avec le ravissement d’une solitude tant desirée entre deux versants ou l’on ne voit rien bouger mais ou l’on sait que la vie grouille; en harmonie avec le soleil, je rejoins mon nid douillet en espérant que la vie ne grouille pas trop dans la cabane…

p9060058-300x225                      p9060059-300x225

 

Laisser un commentaire

Skicm2cantondefruges2013 |
Voyage au pays des sourires |
Monnomdebateau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une strasbourgeoise à Utrecht
| Tripenaustralie
| Followthepilou