mes randos pyrénées

  • Accueil
  • > J17 : Refuge-Etang de Bassiés

28 décembre 2012

J17 : Refuge-Etang de Bassiés

gibson66 @ 14 h 56 min

J17 : Refuge-Etang de Bassiés 40-300x185                          

J’ai cogité pas mal ce matin en attendant de me lever et j’en suis venu à la conclusion que je ne pouvais pas quitter les lacs sans en profiter pleinement ,donc je me suis mis en tete de bivouaquer autour de l’un d’entre eux . Une fois ma routine matinale terminée je quitte le refuge sous un soleil éclatant ; c’est fou comme un meme endroit vous parait totalement différent selon le temps qu’il fait ; je peux voir la topographie du terrain et réaliser à quel point les lacs sont encaissés entre deux versants aussi abrupts que rocailleux ; je passe sans regret le premier car sa beauté est contrastée par le vacarme d’un marteau-piqueur des agents EDF en plein travaux sur le barrage .p9200363-150x150

p9200351-150x150                                                                                   

Je m’éloigne peu à peu de ce vacarme pour arriver à la fin du dernier barrage ;j’avais lu dans le blog d’un autre randonneur qu’il avait trouvé un endroit paisible où il avait passé la nuit et je pense avoir trouvé le meme ;en meme temps je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup vu le terrain escarpé! Je lache mon sac ,vais repérer les alentours et quand je reviens ,un groupe de jeunes arrive .Je leur dis que je laisse mon sac sous l’arbre et me répondent « pas de problème » . Je les laisse donc tranquille et je retourne me ballader plus en amont et je passe une super après-midi à jouer à « la petite maison dans la prairie » au milieu des ruisseaux qui relient les lacs entre eux .

p9200377-150x150                        p9200364-150x150

Je suis bercé par ce bruit si précieux qu’on n’entendra un jour peut- etre plus ;je traine mes pieds dans une eau pure ,contraste avec la veille où je la fuyais et la maudissais . Vers 15h je retourne à mon lieu de bivouac ou d’autres invités se sont joints au groupe : deux chevaux.Ils sont admiré par les nombreuses personnes venues se ballader sur ce lieu apparemment prisé ; l’un deux pense que ce sont des Mérens.Tout ce que je sais , c’est que ce sont deux juments qui ne se quittent pas et qui ont semble t-il élu domicile là ou je campe (ou peut-etre est-ce moi qui suis chez elles) .La plus vieille des deux a une cloche autou du cou et surtout 25 863 moucherons (je les ai comptés) qui forment un véritable nuage dont elle essaie de se débarrasser toutes les trente secondes ; résultat ,la cloche retentit dans un boucan pas possible …toutes les 30 secondes!! Parfois elles semblent s’éloigner ,me laissant un peu de répit ,mais toujours elles reviennent .

N’ayant pas le coeur à les chasser ,je m’éloigne à nouveau pour inspecter les orris ,anciens abris de berger , dont certains sont en trés bon état .Les jeunes étant rentrés chez eux , je me retrouve finalement tout seul ,sur les hauteurs , à admirer le soleil se coucher une dernière fois sur ces montagnes ariégeoises ,et comme un vieux couple sur le quai d’une gare ,l’un accompagnant l’autre pour retarder l’échéance alors que le train commence à rouler, je suis du regard le soleil longer la crete , pret à plonger à tout moment et reculant cet instant jusqu’à ne plus pouvoir faire autrement que me dire au revoir. Dans l’obscurité naissante je rejoins finalement ma tente ,guidé par une cloche et soucieux de subir ce bruit toute la nuit me vient à l’esprit une quesion idiote « ça dort quand un cheval? »…

 

Laisser un commentaire

Skicm2cantondefruges2013 |
Voyage au pays des sourires |
Monnomdebateau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une strasbourgeoise à Utrecht
| Tripenaustralie
| Followthepilou