mes randos pyrénées

  • Accueil
  • > J.7 : Besset-Cabane d’Aouen

28 décembre 2012

J.7 : Besset-Cabane d’Aouen

gibson66 @ 12 h 13 min

                                                                         J.7 : Besset-Cabane d'Aouen 16-300x141        

                    p91001171-300x225    p9100120-300x225

Mieux qu’un hotel cette cabane !!J’ai meme du mal à la quitter après avoir pris mon petit dejeuner ,enfin si on peut appeller un chocolat à l’eau chaude et un Grany un pti dèj; mais çà a au moins le mérite de ne pas partir l’estomac vide. Alors que je pars je commence à voir les rayons du soleil réveiller le versant d’en face ,celui par lequel je suis arrivé la veille; aucun nuage à l’horizon ce qui me fait penser que je vais encore avoir terriblement chaud, mais à choisir entre çà et la pluie, ya pas photo! Au moins les 300m de dénivelé + que j’avale se font à la fraiche et j’atteinds la cabane du Clot du Lac ;si la cabane du Besset etait pour moi un cinq etoiles, celle-ci est carrément hors catégorie: un sommier double, un étage propre ,un poele a bois et surtout une exposition parfaite car quasiment au sommet du versant, donc du soleil tot le matin coté Est jusque tard le soir coté Ouest ;la Rolls des cabanes !

p9100122-300x225                p9100123-300x225

 

p9100130-300x225                 p9100133-300x225

 Une fois la -haut ,c’est pas compliqué, vous aurez compris qu’il faut redescendre ; je fais une pause à la paisible cabane  du Trapech du Milieu ou je peux enfin remplir mes gourdes dans un abreuvoir à bétail qui me sied a merveille , moi-meme ayant évolué (et non pas régressé ) au stade animal .Je m’emploie ensuite  jusqu’a la vallée du Riberot et la Maison du Valier ,non sans croiser quelques vaches qui déguerpissent en me voyant, à moins que ce ne soit mon odeur!! La vache et le bouc ne font pas bon ménage !Je longe alors le parking pour arriver à des sanitaires publics ;j’avoue que je n’ai jamais été aussi heureux de trouver des toilettes turques ,comme quoi tout est relatif .Je dépose ma poubelle dans un conteneur puis poursuis ma route pour arriver au niveau de la Maison du Valier où je ne suis pas mécontent de ne pas devoir m’arreter ;elle me fait plus penser à un camp de vacances qu’à un gite de montagne ,meme si la rivière qui la lèche me berce de ses glouglous et m’offre le luxe de remplir à nouveau mes gourdes. J’entreprends la montée en direction de la cabane d’Aouen avec une première partie agréable mais çà ne dure pas longtemps: mon corps est de nouveau mis a rude épreuve et je me dis que mes batons ont le mérite de soulager mes genoux, mes cuisses et mes chevilles; sans eux mes tendons auraient littéralement explosé tel un fracas de vieux pneu éclatant sur l’autoroute (d’accord j’exagére un peu!). Marcher dans cette douce souffrance provoque parfois des états hallucinatoires ou l’esprit tente de s’échapper pour mieux faire passer la pillule et depuis quelques jours ,lorsque j’atteins cet état ,j’ai la sensation que mon corps agit en équipe: quand j’ai mal au genou gauche, mon bras gauche le soulage en appuyant sur les batons pour compenser ;meme chose à droite puis les cuisses prennent le relais quand mes épaules chauffent et tous les soirs je leur parle en les remerciant de m’avoir porté jusqu’à destination; on a rarement l’occasion de se trouver dans des situations où le dépassement de soi n’est pas une alternative mais la condition sine qua non à mettre un pied devant l’autre. C’est perdu dans mes pensées que je me retrouve à nouveau face à un serpent qui lui n’a cure de toute préoccupation philosophique ni de mes coups de baton répétés; il me barre la route et doit se demander quelle est cette race d’escargot géant qui avec sa maison sur le dos s’excite tout seul avec son bout de bois ;au moins celui-là j’ai le temps de le prendre en photo et je suis sur qu’il aime çà (peut-etre un ancien mannequin reincarné!) .La caresse du baton entre ses deux yeux quasi aveugles le fait finalement glisser à contre-coeur à l’ombre des arbres qui commencent à se faire rares . 

17-300x175                      p9100148-300x225

 Le reste de la montée est à l’identique des jours précedents :interminable. J’aperçois la cabane d’Aouen qui au lieu de se rapprocher me parait s’eloigner a chaque fois que je lève la tete ,traduisant l’impatience de mes épaules desireuses de se débarrasser du sac. Des heures plus tard (à ce stade de fatigue une minute vous parait une heure) ,l’escargot peut enfin se muer en limace et commencer à inspecter la cabane .Comme souvent elle est divisée en deux parties et comme souvent je choisis la partie la plus petite car plus propre, sans odeur car sans cheminée et c’est assis sur la marche que je peux enfin apprécier le paysage ;je me fais une petite frayeur quand j’aperçois de la fumée depuis le creux de la descente a 200m à vol d’oiseau ;mais aprés quelques minutes je réalise que c’est seulement le torrent longé quelques heures plus tot qui ,combiné a l’humidité tombante est en train de créer de la brume; la crainte du feu laisse place a l’émerveillement d’une usine a nuage!

                        p9100153-300x225                         p9100150-225x300

p9100151-300x225                                p9100154-225x300

 En levant les yeux ,mais beaucoup plus loin ,je reste un long moment à scruter un bout de montagne ,sorte de plateau descendant de 500m de large; on dirait une langue gigantesque et mon imagination se déplace jusqu’à cet endroit qui m’hypnotise ,probablement parceque cette langue est bordée de toute part par une  muraille de roches ,donnant au lieu une impression d’isolement, sorte d’écosystème à lui tout seul, l’endroit révé pour vivre en vase clos dans un cocon protecteur. Mais là où je me trouve ,je ne peux pas trop me plaindre; j’ai fait mon nid « façon cabane d’Uls » : un matelas de la grande pièce séché au soleil et posé sur le sommier de bois ,de l’eau dans ma douche solaire pour une lessive sommaire avant un couscous deshydraté et pour couronner le tout ,je me couche en tirant la langue à l’orage qui s’abat sur le plateau hypnotique qui me parait soudain moins attrayant…

 

 

Laisser un commentaire

Skicm2cantondefruges2013 |
Voyage au pays des sourires |
Monnomdebateau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une strasbourgeoise à Utrecht
| Tripenaustralie
| Followthepilou